Les déportés de la Réunion


De leurs enfances, ils se rappellent la douceur du climat et cette liberté de gambader pieds nus. Mais aussi des sensations gustatives, l’exotisme de ces fruits, le goût des épices.

C’est un petit morceau de terre perdu dans l’Océan Indien entre l’Afrique Australe et l’Inde. Peuplée à l’origine par des mutins débarqués sans vivre pour purger une peine de prison, l’île paraîtra si chaleureuse que la France va progressivement s’y installer. Son développement va se tourner dans une industrialisation entretenue par une main d’œuvre venue d’Afrique, de Chine et d’Inde. De ces exodes se crée l’île de la Réunion.

Entre 1963 et 1982, une politique de migration des pupilles de l’état, va à nouveau entraîner un exode et transformer la vie de certains Réunionnais (se).

1600 enfants seront ainsi transférés dans des départements de Métropole en fort dépeuplement comme la Creuse. Avec ces déplacements de population, un déracinement géographique et psychologique va affecter la vie de ces enfants.

Cette série de portraits présente ces jeunes déracinés devenus adultes et des membres de familles qui recherchent encore un de leur proche.