Exit


Alors que le soleil va se lever dans ce quartier du Mirail les rotors de deux hélicoptères de la Gendarmerie nationale brisent le silence matinal.

L’un deux dépose des policiers sur le toit de l’immeuble pour empêcher que des résidents refusant de partir ne s’y installent. Au sol, les forces de l’ordre ont été déployés pour déloger les derniers occupants de l’immeuble. 2 heures plus tard l’évacuation de l’immeuble des Castalides, dit « de la honte » est terminé et les derniers habitants se retrouve avec leurs affaires sur le trottoir.

Initialement, les Castalides étaient une copropriété de 399 logements destinés à des étudiants de la faculté du Mirail.Puis certains investisseurs assurés de toucher les loyers payés par l’Aide Pour le Logement on rachetés des appartements sans beaucoup se préoccuper de l’entretien. Le lieu est progressivement devenu un lieu de non droit et d’insalubrité que le préfet a ordonné d’expulser.